samedi 30 juin 2012

“I don’t even know who designed it, but whoever it was did a great job.”

I just love that quote from Jerry Pate!  It was with a bit of apprehension I was waiting for the Champion’s Tour visit to Montreal. It came as a bit of a surprise when they announced last year they were going to hold the tournament on the Verchères Course at the Vallée du Richelieu Golf Club, a course I had the pleasure to redesign and rebuild as part of a three year process while I was still working with Graham Cooke. Surprised, not because I thought the course was not worthy of it, but surprised because I had no idea that the Club was going after that kind of event when we worked on it.

The course was not designed with the pros in mind.  In fact, it should almost never be the case!  It was mostly designed for all the members to enjoy, to present an interesting and varied test, regardless of the players’ abilities.  So I was a bit scared by the reactions of the players, and their scores....

The reaction seemed to finally be very positive.  In fact, I have not read or heard a single negative comment during the entire weekend.  Of course, players are not to vocal in these situations, and they mostly say only good things.  But a few of the comments I have found have really pleased me.
So here are a few of the comments I could gather in the press. (I translated the few last ones myself):

Randy Phillips of The Gazeet started his article with this:
“Russ Cochran knows there’s a ways to go before someone leaves town with the Montreal Championship trophy. But if he was handing out an award on Friday, it would have gone to the golf course. (...)Cochran echoed the sentiments of many in the field who had only good things to say about the 6,894-yard, par-72 layout at the 36-hole private club, which is hosting the tournament for the first time.”

He continues by quoting Cochran:
“It’s really a fun golf course to play,” Cochran said. “You’re always trying to hit the fairway first and then hit the right type shot into some of the pin placements out here. (...) “It’s a really good golf course. It reminds me of something like a Hilton Head or a Harbour Town.”

That’s a pleasant comment to hear.  Harbour Town is, if I am not mistaken, one of the favorite courses of the PGA Tour pros.  One of the best courses designed by Pete Dye, whose reputation is now well established, even here in Quebec!

Cochran continues:
“(Unlike) other courses where you peg it up and say, ‘I’m going to hit it as hard as I can or whatever,’ it’s a little different here. You have to see that if you have a right pin on some holes, and even if some aren’t the longest holes in the world, you want the ball on the left side of the fairway, even in the rough.”

That was the goal when I worked on the course. Each hole had to present pin positions that would require specific shots from golfers.  It’s nice to see that the objective seems to have been met.

Randy Phillips then explains Jerry Pate’s thoughts on the course and architecture in general:
“Beautiful golf course,” said Pate, who won both the U.S. Open and the Canadian Open in 1976. “Well designed. I don’t even know who designed it, but whoever it was did a great job.” Pate, who sprinkled his round with seven birdies and three bogeys, is critical of “famous designers we have in the world of golf today” taking up too much land to build courses with too much grass to maintain, making holes too long and making the game longer to play. “We, as the users of the game, are frustrated for all those reasons,” Pate said. “The sensationalism in golf architecture has gone over the top.”  Pate said the Verchères layout reminded him of “great old golf courses up east” in New York, New Jersey, Pennsylvania and Ohio.

For anyone who knows anything about golf course architecture, this is a nice compliment to hear.  The East coast is literally peppered with classic courses that would make most Quebec golfers envious. He continues:
“This is a very nice golf course and fun to play,” Pate said. “If you hit good shots, you’re rewarded. There are no tricks out there. Everything is right in front of you.”

Canadian player Rod Spittle also had good things to say after trailing the leaders by a few shots after his first round:
“Obviously, when you shoot 68 I think the course is great,” Spittle said. “But I am enjoying the course more and more every day. “It’s just a very pleasant course to walk. The greens are in great shape and are pretty tricky, especially those getting awfully firm on the back nine. But it’s a very good test, in my opinion, a very fair test.”

Michel Marois from La Presse, has also quoted Russ Cochran:
“It’s really a good course for us with a very classic design with no gadgets, but with an obligation to hit each tee shot properly.  (...) The greens are firm and the pin positions force us to hit every shot well.”

Similar comments were also mentioned in Étienne Bouchard’s article in Le Journal de Montréal, which also quotes Jerry Pate:
“The 58 year old golfer (...) has praised the quality of the course presented by the Vallée du Richelieu club.  “Here, it’s simple.  The design is beautiful, and the greens and bunkers are well located.  The course might be too short for the PGAS Tour, but for us it is perfect”.

I really like that comment, even if it mentions the course might be too short for the PGA Tour.  Why want to lengthen a course that would only be used to its full extent only one week per year, anyway, in the best case scenario? Too many courses have, and continue to maintain tees that are practically never used by even the best of golfers.  All of this, most often, to claim that their course is a “Championship Course”.  The length of a course is not a seal of quality for it....  But that could be the object of another blog altogether!

For now, I will limit myself to thank the people at the Vallée du Richelieu Golf course for the trust they have shown towards me throughout the years.  I am proud of the work they have done to organise a tournament that seems to have been appreciated by the golfers and the spectators.  Congratulations also to superintendant André Groulx and his team for showcasing the course in a great light.

Daniel Melançon and Remi Boichard mentioned, during the telecast on the TVA network, that the golfers had preferred this course to the course where the tournament was held for the past two years.  The question now is whether or not the Club will keep presenting the tournament on it, or will they move it to their other course which has just been renovated and on the verge of opening....  It will be interesting to follow.

« Je ne sais même pas qui l’a dessiné, mais celui qui l’a fait a fait un excellent travail. »

J’adore cette citation de Jerry Pate!  C’était avec un peu d’appréhension que j’attendais la visite du Champions Tour à Montréal.  C’est avec surprise que j’ai appris l’an dernier que le tournoi allait se dérouler sur le Parcours Verchères du Club de Golf de la Vallée du Richelieu, un parcours que j’ai eu le plaisir de redessiner et reconstruire au cours des dernières années, alors que je travaillais encore avec Graham Cooke.  Surpris, non pas parce que le parcours n’apparaissait pas à la hauteur, mais surpris parce que je n’avais aucune idée que le Club visait ce genre de tournoi pour le parcours quand nous avons travaillé dessus.

Le parcours n’a pas été dessiné avec les pros en tête.  En fait, ça ne devrait pratiquement jamais être le cas!  Il a plutôt été pensé pour l’ensemble des membres du parcours, pour présenter un défi intéressant et varié peu importe le calibre des joueurs.  J’avais donc un peu peur des réactions des joueurs, et de leurs pointages….

Les réactions ont finalement semblé être très positives.  En fait, je n’ai pas lu ou entendu de commentaires négatifs de tout le week-end!  Évidemment, les joueurs ne sont pas trop bavards dans ces situations, et ils ne font généralement que des bons commentaires, mais j’en ai trouvé quelques-uns qui m’ont bien fait plaisir. 

Voici un compte rendu des commentaires que j’ai pu retracer dans les journaux (J’ai traduit moi-même certains d’entre-eux):

Randy Phillips, de la Gazette commence son article de la manière suivante :
« Russ Cochran sait qu’il y encore beaucoup de chemin à faire avant que quelqu’un ne puisse quitter la ville avec le trophée du Championnat de Montréal sous le bras.  Mais s’il avait eu un prix à remettre vendredi, il serait allé au parcours.  (…) Cochran a exprimé le sentiment de plusieurs golfeurs dans le tournoi qui n’avait que de bons mots à dire à propos du parcours de 6 894 verges et offrant une normale de 72 du club privé qui accueille le tournoi pour la première fois. »

Il continue en citant Russ Cochran :
« C’est vraiment un parcours plaisant à jouer. Tu dois constamment tenter d’atteindre l’allée en premier et frapper le bon type de coup pour atteindre les drapeaux.  (...) C’est un très bon parcours.  Il me rappelle quelque chose comme Hilton Head, ou Harbour Town. »

Ça c’est plaisant à entendre.  Harbour Town est, si je ne m’abuse, l’un des parcours préférés des joueurs sur le circuit américain.  L’un des meilleurs designs d’un certain Pete Dye, dont la réputation n’est plus à faire, même pour nous les québécois!

Russ Cochran enchaine :
« À l’opposé d’autres parcours où tu déposes ta balle sur le tee et tu te dis : «Je vais frapper la balle le plus loin possible et peu importe », c’est un peu différent ici.  Tu te dois de voir que, si le drapeau est positionné à droite sur quelques verts – et ce même si ce ne sont pas les trous les plus long du monde – tu veux avoir ta balle du côté gauche de l’allée, même dans l’herbe longue. »

C’était le but lorsque j’ai travaillé sur le design du parcours.  Chaque trou devait présenter des positions de drapeaux qui requièrent certains types de coups de la part des golfeurs.  C’est plaisant de voir que l’objectif semble avoir été atteint.

Randy Phillips exprime ensuite les propos de Jerry Pate :
« Beau parcours de golf », mentionna Pate qui a gagné les Omniums Américain et Canadien en 1976. « Bien dessiné.  Je ne sais même pas qui l’a dessiné, mais celui qui l’a fait a fait un excellent travail. » Pate, qui a jalonné sa ronde de sept oiselets et trois bogueys, est très critique envers les « architectes célèbres que nous avons dans le monde du golf aujourd’hui », prenant trop de terrain pour construire des parcours nécessitant trop de pelouse et faisant les trous trop longs qui augmentent le temps de jeu. « Nous, comme usagers des parcours, sommes frustrés pour toutes ces raisons » mentionne Pate. « Le sensationnalisme dans l’architecture de golf est allé trop loin ».  Pate mentionne également que le parcours Verchères lui rappelle «  les grands parcours de l’est (des États-Unis) », dans les états de New-York, New Jersey, Pennsylvanie et de l’Ohio.

Pour quiconque connait l’architecture de golf, ce commentaire est très flatteur. L’est américain est jalonné de parcours classiques qui feraient baver bien des québécois….  Il enchaine :

« C’est un très beau parcours amusant à jouer » mentionne Pate.  « Si tu frappes les bons coups, tu es récompensé.  Il n’y a rien de truqué ici.  Tout est clairement en avant de toi »

Le canadien Rod Spittle avait aussi de bons commentaires à formuler après avoir talonné les meneurs lors de sa première ronde :
« Évidemment, quand tu joues 68, tu crois que le parcours est bon » affirma Spittle.  « Mais j’apprécie davantage ce parcours jour après jour.  C’est simplement un parcours plaisant à marcher.  Les verts offrent des conditions splendides et sont difficiles à négocier – particulièrement ceux qui deviennent fermes sur le neuf de retour.  Mais c’est, je crois, un très bon test, un test très juste. »

Michel Marois, de La Presse, a également relaté des propos de Russ Cochran :
« C’est vraiment un bon parcours pour nous avec un dessin très classique, aucun gadget, mais l’obligation de bien frapper ses coups de départ.  (…) Les verts sont fermes et la position des drapeaux nous oblige à bien frapper chacun de nos coups ».

Des sentiments similaires sont relatés par Étienne Bouchard du Journal de Montréal, qui cite également Jerry Pate:
«  Le golfeur de 58 ans, (…) a par ailleurs souligné la qualité du parcours du Club de la Vallée du Richelieu. « Ici, c’est simple. Le design est beau, les verts et les fosses de sable bien situés.  Pour le circuit de la PGA, le parcours est peut-être trop petit, mais pour nous il est parfait ».

J’apprécie bien ce commentaire, même s’il mentionne que le parcours est trop petit pour la PGA.  Pourquoi vouloir allonger un parcours qui ne serait pleinement utilisé qu’une seule semaine par année, dans le meilleur des mondes?  Beaucoup trop de parcours ont et continuent de dépenser des sommes astronomiques pour entretenir des tertres qui ne sont pratiquement jamais utilisés par les golfeurs.  Tout ça, bien souvent, pour pouvoir qualifier leur parcours de « parcours de championnat ».  La longueur d’un parcours n’étant toutefois aucunement garante de la qualité de celui-ci.  Mais bon, ce sujet pourrait faire l’objet d’un blogue en soi!

Pour l’instant, je vais me limiter à remercier les gens de la Vallée du Richelieu de m’avoir fait confiance pendant plusieurs années.  Je suis fier du travail qu’ils ont réalisé pour organiser un tournoi qui semble avoir bien plus aux joueurs et aux spectateurs.  Félicitations également au surintendant André Groulx et toute son équipe pour avoir présenté le parcours sous son meilleur jour.

Daniel Melançon et Remi Bouchard ont mentionné lors de la télédiffusion du tournoi  à TVA, que les joueurs avaient préféré le parcours à celui utilisé lors des deux éditions précédentes.  Il reste maintenant à savoir si le Club continuera d’y organiser le tournoi, ou s’ils préfèreront utiliser leur autre parcours qui a été rénové tout récemment et qui est à la veille d’être inauguré….  À suivre.

mardi 31 janvier 2012

Golf Course Architecture and the Rio 2016 Summer Olympics

It is in the following days that the Rio Olympic’s organizing committee will announce the team that will be in charge of designing the golf course which will be host of the Olympic golf competition for men and women in 2016, 112 years after the last presence of the sport in the games.

This project is probably the one that has generated the most interest from architects in many years, simply because of the prestige and visibility that this course will obtain during the games.  This will no doubt be a dream opportunity for a team to make its mark in the industry, and be talked about for a very long time.  But it will also be a very complex project that will be created under the eyes of the entire industry which will expect nothing less than a grand slam.  In other words, this course will be picked apart by hundreds of so-called architecture “experts”!

Many teams have submitted a bid to hopefully be chosen in a competition that started last fall. Now, eight teams remain in the hunt:
·         Jack Nicklaus et Annika Sorenstam
·         Tom Doak
·         Greg Normal et Lorena Ochoa
·         Martin Hawtree
·         Gill Hanse
·         Gary Player
·         Robert Trent Jones II et Mario Gonzalez
·         Peter Thompson and Ross Perrett

These teams will make a final presentation to a jury comprised of one representative from the city of Rio, one representative from the organizing committee, one representative from the company that will run the course once the games will be done, and finally, one representative from the International Golf Federation – an organization committed to promoting the sport worldwide.

As far as I am concerned, the choice of the architect will be crucial, even if the majority of viewers who will follow the golf events will have no clue who the architect of the course is, and what difference it makes.  The choice is crucial because of the prestige of the event, and the fact that this will be an occasion for this committee to send a message as to what constitutes a great golf course that represents not only the Olympic movement and all of its values, but also the roots of the game of golf (and no, I am not talking about money!).

I sincerely hope that their choice will not go towards one of golf’s emblematic figures still part of the process, such as Jack Nicklaus, Greg Norman or Gary Player.  These athletes and great personalities have certainly contributed to the popularity of the sport, and in that regard, they have all of my admiration and respect.  But their very lucrative association with a immense quantity of course designs has also contributed in making golf the sport that so many people today describe as expensive, elitist, and at the source of profitable home lots, without any regards to the modest and populist origins of the sport.  Can we blame them, and many others similar golf figures? Certainly not; they have only surfed on the wave.  Today, however, it seems evident that their model has to make place to a simpler, more accessible one, aimed towards developing the sport and all its benefits, particularly with an aging population in many markets.  It seems like the only logical way to help the sport develop again.

In that sense, my vote goes to either Tom Doak or Gill Hanse: two architects which, in my humble opinion, have solidly made their case in the past few years towards that goal.  It’s also not a surprise that is it most likely these two teams that have the smallest available financial resources to participate in this complex process which, I am afraid, will be more politic than based on good old common sense and the artistic and creative qualities of the finalists.

To be continued in a few days…. I am crossing my fingers.

©Yannick Pilon Golf 2012

L’architecture de golf et les Olympiques de Rio

C’est au cours des prochains jours que le comité organisateur des jeux olympiques de Rio annoncera supposément le nom de l’équipe d’architectes qui aura la tâche de concevoir le parcours qui sera l’hôte du tournoi olympique pour hommes et femmes en 2016, 112 ans après la dernière présence du sport dans les jeux.

Ce projet est probablement celui qui aura suscité le plus d’intérêt de la part des architectes depuis plusieurs années, étant donné le prestige qui se rattache à l’évènement et toute la visibilité qu’obtiendra ce parcours lors des jeux.  C’est effectivement l’occasion rêvée pour un architecte de se faire un nom, et de faire parler de soi pour un long moment dans le milieu.  C’est également un projet fort complexe qui sera réalisé sous les yeux de toute la planète golf qui s’attendra à un produit final extraordinaire qui sera scruté à la loupe par plusieurs soi-disant « experts »!

Plusieurs équipes ont semble t’il participé au concours qui a eu lieu cet automne afin de déterminer une liste de huit finalistes :
·         Jack Nicklaus et Annika Sorenstam
·         Tom Doak
·         Greg Normal et Lorena Ochoa
·         Martin Hawtree
·         Gill Hanse
·         Gary Player
·         Robert Trent Jones II et Mario Gonzalez
·         Peter Thompson and Ross Perrett

Ceux-ci feront une présentation finale à un jury composé d’un représentant de la ville de Rio, un représentant du comité organisateur des jeux, un représentant de la compagnie qui opérera le parcours après les jeux, et un représentant de la Fédération Internationale de Golf – organisme chargé de promouvoir le sport globalement.

En ce qui me concerne, le choix de l’architecte sera crucial, même si au fond, la très grande majorité des téléspectateurs qui suivront l’évènement n’auront aucune idée de la personne qui aura été derrière la création de ce parcours.  Le choix est cependant crucial puisque, étant donné le prestige de l’évènement, c’est l’occasion pour ce comité de lancer un message sur ce que doit être un bon parcours, synonyme de l’esprit Olympique et des valeurs qui y sont associées (et non je ne parle pas de l’argent!).

J’espère sincèrement que le choix de ce comité ne se portera pas sur des figures emblématiques du sport, telles que Jack Nicklaus, Greg Norman ou encore Gary Player.  Ces personnalités ont certes contribuée, au fil des ans, à mousser la popularité du sport, et elles ont à cet égard tout mon respect.  Mais leur association très lucrative à une quantité innombrable de designs de parcours a également contribué à faire du golf le sport aujourd’hui souvent décrié comme trop dispendieux, élitiste, et à la source de la vente de lots très profitables, sans grands égards aux origines modestes et populaires du sport.  Peut-on les blâmer?  Certainement pas; ils n’ont fait que profiter de la vague.  Aujourd’hui, par contre, il me semble évident que leur modèle d’affaire doit faire place à un modèle plus simple axée sur le développement du sport et ses bienfaits, particulièrement auprès d’une population souvent vieillissante dans plusieurs marchés.  C'est la seule manière de faire progresser le sport à nouveau.

En ce sens, mon choix va à Gil Hanse ou Tom Doak, deux architectes qui ont solidement faits leurs preuves au cours des dernières années, et ceux qui bénéficient probablement des moins gros appuis financiers pour simplement participer à ce processus qui, j’en ai bien peur, sera plus politique que basé sur le gros bon sens et les qualités techniques et artistiques des finalistes.

À suivre dans quelques jours….

©Yannick Pilon Golf 2012

samedi 28 janvier 2012

Les meilleurs parcours municipaux aux États-Unis….

Le panneau parle de lui-même....
C’est pas parce qu’on est petit qu’on ne peut pas être grand!

Hier, j’ai reçu le plus récent « newsletter » du magazine Links, un magazine que j’affectionne depuis plusieurs années grâce à son contenu souvent plus orienté sur les parcours de golf que sur le golf en général comme le peuvent être des magazines comme Golf Digest et Golf Magazine.  À tous les mois, ils publient un Top 10.  Ce mois-ci : le Top 10 des meilleurs parcours de golf municipaux aux États-Unis.  Voici le lien :

Premièrement, j’ai été surpris de constater la place qu’occupe Chambers Bay, au sommet de la liste. Pas parce que ce n’est pas un bon parcours, au contraire, puisque celui-ci me parait intéressant à plusieurs égard au plan architectural.  Mais plutôt parce que ce n’est pas le genre de parcours que l’on associe spontanément au parcours municipaux.  En effet, celui-ci me paraît plus proche du « resort » haut-de-gamme que du parcours typique municipal….  Mais ne lui enlevons rien de son mérite….

Le célèbre trou no. 4 du parcours "Black".
La deuxième place est, à mon avis, fort méritée par le parcours Black du Bethpage State Park, à Long Island, dans l'état de New-York.  Celui-ci est un complexe unique combinant 5 parcours de longueurs et de niveaux de difficultés différents, tous offerts à un prix accessible aux résidents locaux.  Le parcours « Black », est l’un des parcours les plus difficiles au pays, tout en étant l’un des plus spectaculaires.  Serpentant dans un environnement extrêmement vaste et vallonné, le parcours présente une architecture plus grande que nature, où tout paraît immense et grandiose, sauf malheureusement, la largeur des allées et la grosseur des verts!!  Mais bon, évoluer sur le Black est une expérience unique que tout golfeur devrait expérimenter.  Levez-vous de bonne heure, par contre, car il est difficile de réserver un temps de jeu, et les golfeurs dorment bien souvent dans le stationnement du parcours afin d’être les premiers en ligne à donner leurs noms au préposé au départ qui accepte quelques quatuors par jour!!

Les trous nos 16 et 17 du parcours "Black".
Cette liste m’a fait réfléchir aux parcours municipaux en général.  Le Parcours du Cerf, à Longueuil, est le meilleur exemple que je connaisse, et il y en a d’autres comme le Golf Dorval, à Dorval, et le petit parcours Municipal de Montréal, à proximité du stade olympique….  Je me demande combien de parcours de ce type existent encore.  Il ne fait pas de doute dans mon esprit que ceux-ci sont pourtant fort importants pour l’industrie en général, car ils permettent aux jeunes et aux nouveaux joueurs de s’initier au golf à des prix accessibles.  C’est ce dont le sport à le plus besoin présentement, des parcours accessibles qui permettent d’initier les jeunes au sport sans avoir besoin de dépenser une fortune.

On parle toujours des meilleurs parcours, des plus beaux et des plus dispendieux, mais les petits parcours offrant bien souvent des conditions de jeu inégales et des designs vernaculaires sont probablement plus importants pour l’avenir du sport que tous les « resorts » combinés.  C’est au Club de Golf de St-Lambert que j’ai fait mes débuts au golf, à 120.00$ par année pour un droit de jeu illimité.  Ce petit neuf-trous qu’on appelait affectueusement le « Rockpile » est un excellent exemple de ce type de parcours.  Aujourd’hui, je lève mon chapeau à tous ces « petits » clubs qui ont pourtant une « grande » place dans notre sport.  Je les invite également à me contacter s’ils désirent améliorer leurs installations.  Il est toujours possible d’améliorer un parcours et le rendre plus invitant, même sans faire de gros travaux.

©Yannick Pilon Golf 2012