mardi 9 août 2016

Olympic Golf Club

Le golf de retour aux Olympiques après 112 ans d’absence

Le Comité International Olympique profita de l’annonce de l’octroi des jeux olympiques à la ville de Rio en 2009 pour annoncer que le golf ferait un retour aux jeux après 112 ans d’absence.  S’ensuit alors la recherche d’un parcours acceptable pour tenir les compétitions. On détermine rapidement que les deux parcours existants de la région de Rio ne sont pas au niveau nécessaire pour tenir un tournoi de cette envergure, et on part à la recherche d’un site favorable à proximité des autres sites olympiques.

Une fois le site établi en bordure de la lagune de Marapendi qui longe l’océan Atlantique, une compétition fut mise en place pour déterminer le choix de l’architecte qui aurait la chance de construire ce parcours voué à obtenir automatiquement une grande visibilité.  Huit firmes sont choisies parmi les finalistes, dont quatre fondées principalement par des superstars du golf mondiales (Jack Nicklaus, Greg Norman, Gary Player et Peter Thomson), deux dirigées par des architectes internationaux bien établis (Robert Trent Jones Jr. Et Martin Hawtree) et deux plus petites firmes fondées par des architectes moins connus aux styles similaires (Tom Doak et Gil Hanse).  Dès le départ, on croit que les gros noms auront un avantage à cause de leur grande notoriété, mais c’est finalement la firme de Gil Hanse qui gagne la mise en mars 2012.

Depuis cette annonce, la création du parcours a été suivie de près par plusieurs groupes : les fans d’architecture qui étaient au courant de ce concours et qui étaient curieux de savoir ce qui adviendrait de ce parcours, les communautés locales qui étaient contre le développement du parcours sur ce site à haute visibilité, et par les environnementalistes qui étaient aussi à l’affut du moindre problème environnemental.  Après plusieurs délais et une épreuve test qui a été boudée par la quasi-totalité des meilleurs golfeurs mondiaux convoqués à l’évènement, le parcours sera officiellement inauguré lors du tournoi olympique des hommes, du 11 au 14 août, et ensuite le tournoi des femmes, du 17 au 20 août.


Caractéristiques du parcours

Inspiration tirée des parcours du « Sandbelt » australien
Le mandat donné à Gil Hanse visait à créer un parcours qui serait en harmonie totale avec son environnement, tout en offrant un défi intéressant pour les meilleures golfeuses et les meilleurs golfeurs de la planète. Pour élaborer leur design sur un tel site, Gil Hanse et son équipe se sont inspirés des parcours classiques du « Sandbelt » australien, soit les parcours Royal Melbourne Golf Club, Commonwealth Golf Club, Victoria Golf Club et Kingston Heath Golf Club, tous situés dans la banlieue de Melbourne.  Ces parcours sont tous situés sur des sols sablonneux et présentent tous des conditions fermes et rapides, tout en étant exemplaires dans l’intégration de la végétation naturelle du site dans le design du parcours.

Sable et flore locale mis en valeur
Pour être en harmonie avec la nature du site et ses environs, l’équipe de Gil Hanse a minimisé les mouvements de terre sur le site et utilisé en grande partie sa topographie naturelle.  On a également procédé à la naturalisation de grands espaces sur le site avec des plantes indigènes permettant ainsi de mettre cette végétation en valeur dans les zones hors-jeu du parcours.  Un attention particulière a également été apportée aux fosses de sable du parcours afin que celle-ci servent de zones de transition entre les allées et les zones bien entretenues du parcours, et la végétation indigène du site située à proximité des allées.  Le sable naturel du site a également été utilisé dans les fosses.  Celui-ci présente diverses couleurs et diverses textures qui ont été conservées telles-quelles sur le site.  Les golfeurs auront donc à s’adapter au sable selon l’endroit où ils se trouveront sur le site. Cette approche s’avère être beaucoup plus écologique que l’importation de sable à la granulométrie et à la couleur uniforme, en plus de donner une saveur bien locale au parcours.

Plusieurs trous à normale « et-demi »….
Le parcours présente plusieurs trous dont les longueurs ambiguës créent des trous à normale « et-demi ».  Que veut-on dire par là?  Ce sont des trous qui sont à mi-chemin entre des normales 3 et des normales 4, ou à mi-chemin entre des normales 4 et des normale 5.  Par exemple, une courte normale 4 de près de 300 verges est atteignable par plusieurs golfeurs avec leurs coups de départ, ce qui en fait presque l’équivalent d’une longue normale 3.  La même logique s’applique avec une courte normale 5 atteignable en deux coups qui est presque l’équivalent d’une longue normale 4.  La majorité du temps ces trous aux longueurs hybrides présentent des difficultés ou des particularités qui incitent les golfeurs à tenter leur chance pour obtenir l’oiselet, tout en menaçant ceux qui échouent par des coups de sauvetage pouvant être risqués.  Lorsque présentés devant de telles situations, les golfeurs ont souvent le choix de tenter le diable ou de choisir le chemin le moins dangereux au risque de perdre un coup sur les joueurs qui seront plus agressifs et qui obtiendront du succès.  À mon humble avis, ces trous sont souvent les plus intéressants des parcours.

Trous à souligner

Étant donné le nombre de particularités architecturales rencontrées sur ce parcours, je vais vous présenter un peu plus de trous qu’à mon habitude.

Trou no. 1 
Malgré ses 604 verges, ce premier trou se joue avec un vent dominant arrière et il devrait être atteignable en deux coups par les longs cogneurs. Son vert est bordé de hauts monticules à sa droite, favorisant ainsi une entrée au vert par un coup d’approche plus court provenant de la gauche de la deuxième zone de réception du trou qui est partiellement cachée derrière une dune de sable. Les longs coups d’approche à trajectoire plus basse pourraient être repoussés à l’arrière gauche hors de la surface du vert par un mauvais rebond sur les monticules, ou pire encore, être stoppés à court, à droite, laissant un coup d’approche difficile au-dessus des monticules.

Trou no. 3
Le trou no. 3 est la première normale quatre du parcours que certains golfeurs pourraient être tentés d’atteindre avec leurs coups de départ.  Avec un obstacle d’eau longeant le côté gauche du trou, et un vert longiligne disposé en angle entre une série de fosse de sable, la tâche pourrait ne pas être si simple qu’elle n’y parait.  Après seulement trois trous, il est déjà clairement établi que les golfeurs feront face à plusieurs choix et plusieurs risques dépendant du niveau d’agressivité qu’ils voudront bien démontrer.

Trou no. 6
Le trou no. 6 est la normale trois la plus unique du parcours.  Pouvant être jouée de deux angles différents, ce trou offre deux perspectives différentes selon le tertre utilisé.  À partir du tertre de gauche, l’approche au vert est semi-aveugle, puisque le vert est partiellement caché derrière une dune de sable imposante.  À partir du tertre de droite, la majorité du vert est visible et la dune peut être utilisée pour ramener des coups de départ frappés à gauche du vert vers le trou.  Le vert est, quant à lui, de type « Punchbowl », ce qui signifie que la majorité des pentes qui l’entourent se dirigent vers le centre du vert. Ce type de design est largement utilisé sur les parcours de type links écossais et irlandais, mais beaucoup moins sur les parcours nord-américains à cause des nombreux problèmes de drainage que ceci peut créer.  C’est la même chose pour les coups aveugles qui sont souvent perçus, ici au Québec, comme des éléments de design indésirables compte tenu des dangers que ceci peut créer, et le fait que les golfeurs ne peuvent clairement identifier leur cible. 

Trou no. 7
Le trou no. 7 est l’une des normales 4 les plus difficiles du parcours avec un vent dominant de face.  Ce qui constitue la principale difficulté du trou est son vert passablement grand, mais dont le premier tiers est aménagé en faux devant (« false-front »).  Ainsi, un coup d’approche qui tombera sur le devant du vert ne pourra pas tenir sur la pente forte et sera inévitablement retourné vers l’allée à l’avant du vert.  Les joueurs devront donc atteindre le centre du vert avec leurs coups d’approche pour s’assurer de rester sur sa surface.  Un monticule à l’arrière gauche du vert pourra les aider à rediriger leurs coups d’approche vers la portion arrière droite du vert, bien protégée par une fosse passablement profonde.

Trou no. 10
Le trou no. 10 est une longue normale 5 de 590 verges où l’importance de bien positionner son coup d’approche sera primordiale.  Le coup de départ sera difficile, avec un vent dominant de gauche à droite, et un étang à la gauche de l’allée.  Un long coup de départ frappé à proximité de l’eau permettra de bien se positionner pour une chance d’atteindre le vert en deux coups, mais une approche plus sage serait de positionner son deuxième coup le plus loin possible vers la gauche de l’autre côté de l’étang, afin de profiter du meilleur angle d’approche vers le vert étroit mais profond, et disposé en angle de gauche à droite.  Une approche à partir du côté droit présentera, au contraire, un vert peu profond derrière lequel se trouve une large fosse profonde qui borde directement le vert.

Trou no. 15
Lorsque les golfeurs sont confrontés à un obstacle au centre de l’allée, plusieurs d’entre eux pensent que l’architecte a perdu la tête.  « Pourquoi pénaliser un coup parfaitement centré au milieu de l’allée? » diront certains…. La réalité est qu’un coup qui s’y retrouve n’a pas été parfaitement exécuté, ou peu réfléchi.  Un tel obstacle force les golfeurs à élaborer une stratégie.  Frapper à gauche ou à droite de l’obstacle donne généralement un meilleur angle d’attaque vers le vert, ou diminue la distance pour y arriver.  Frapper au-dessus de l’obstacle donne une plus courte approche vers le vert, tandis que jouer à court est l’option la plus conservatrice, mais celle qui laisse le plus long coup d’approche.  Dans ce cas-ci, l’option est surtout de jouer à court, ou tenter de franchir la fosse et de se donner une courte approche vers un des verts les plus protégés du parcours.

Trou no. 16
La dernière normale quatre du parcours pourrait bien décider du vainqueur.  À 303 verges, plusieurs golfeurs seront tentés d’atteindre le vert avec leurs coups de départ.  Cependant, ils devront être extrêmement précis pour éviter tous les pièges entourant le vert.  Celui-ci étant très étroit et bien protégé par une fosse profonde à sa droite et des pentes fortes et très ondulées à la gauche et à l’arrière, d’autres golfeurs pourraient décider de jouer de manière plus conservatrice. Compte tenu de la forme particulière du vert, le positionnement de leur coup de départ sera toutefois très important, puisqu’un mauvais angle d’attaque vers cette petite cible pourrait leur causer des problèmes à l’approche.  Il sera intéressant de voir comment les golfeurs attaqueront ce trou bien particulier en situation de pression en fin de parcours.

Conclusion
Il y a tant d’éléments intéressants à discuter sur ce parcours que ce texte pourrait s’éterniser longtemps sur toutes ses subtilités!  J’ai donc bien hâte de voir comment les golfeurs décideront d’attaquer ses différents obstacles.  Est-ce que la compétition sera relevée? Avec l’absence de plusieurs des meilleurs joueurs au monde et la taille restreinte du peloton réduite à 60 joueurs féminins et masculins, la question mérite d’être posée.  Cependant, il ne fait pas de doute pour moi que le parcours créé par Gil Hanse et son équipe offrira du golf inspiré qui donnera plusieurs opportunités aux golfeurs de faire des oiselets et des aigles.  Les pointages pourraient être bas compte tenu de la longueur relativement courte du parcours et ses nombreux trous à normale « et-demi », et ceci pourrait créer un spectacle excitant pour les téléspectateurs du monde entier. Est-ce que ceci contribuera à rehausser la visibilité déjà bonne du golf à l’échelle planétaire? C’est une excellente question. En attendant d’avoir une idée de la réponse, je vous souhaite deux bons tournois olympiques! On se retrouve en Septembre pour la Coupe Ryder au Hazeltine National Golf Club.

Pour une description complète du parcours par l’architecte avec vues aériennes (en anglais), cliquez ici.
Pour une description complète du parcours par l’architecte avec vues en plan (en anglais), cliquez ici.
Pour les détails passionnants concernant le choix de l’architecte du parcours (en anglais), cliquez ici.
Pour tout ce que vous devez savoir sur le tournoi olympique (en anglais), cliquez ici.

Yannick Pilon Golf © 2016

                        

Aucun commentaire:

Publier un commentaire