jeudi 9 août 2018

Le Bellerive Country Club - Un monstre vert pour le centenaire du Championnat de la PGA

Trou no. 7 – Normale 4, 394 verges
Pour son édition centenaire, le Championnat de la PGA s’arrête cette année au Bellerive Country Club situé en banlieue de St-Louis au Missouri. Bien qu’il ne soit pas dans la même catégorie de parcours américains classiques tels Shinnecock Hills, Pinehurst ou encore Pebble Beach, ce parcours est toutefois reconnu pour le challenge qu’il présente aux golfeurs dans une situation de tournoi. Ce n’est pas pour rien qu’il fut l’hôte de plusieurs championnat prestigieux au cours des six dernières décennies, dont l’Omnium Américain de 1965, l’Omnium Américain Sénior de 2004 et le Championnat de la PGA Sénior de 2013.  Le tournoi de cette semaine en fera, en fait, le troisième club seulement à avoir été l’hôte des quatre principaux championnats pour homme en Amérique.

Trou no. 1 – Normale 4, 425 verges
Bien que le Club a été fondé en 1897 alors qu’il occupait un site au nord de St-Louis avec un parcours de 9-trous, ce n’est qu’en 1960 que le parcours actuel ouvre ses portes. Dans les années 1950, l’architecte Robert Trent Jones Sr. est reconnu pour ses longs parcours de qualité offrant un excellent challenge aux golfeurs avec leurs verts souvent gigantesques et leurs éléments de parcours d’une échelle démesurée pour l’époque. Il est donc tout indiqué de lui confier la tâche d’aménager le parcours sur un site qu’il aura aidé à trouver à proximité de St-Louis. Dès son ouverture, on reconnait la qualité de l’architecture du parcours que l’on surnomme « le monstre vert de Ladue ». Si bien qu’en 1965, le parcours devient le plus jeune parcours à être l’hôte de l’Omnium Américain, cinq ans seulement après son ouverture.

Trou no. 6 – Normale 3, 213 verges
En 2006, suite à des problèmes de drainage sur les trous les plus bas du parcours en bordure d’un ruisseau qui traverse le site, on décide de procéder à une rénovation complète. C’est au fils de Robert Trent Jones Sr, Rees Jones, surnommé le « Open Doctor » que l’on donne le mandat d’actualiser le parcours afin que celui-ci puisse continuer à résister à l’assaut des meilleurs golfeurs de la planète. Si bien que plusieurs verts, plusieurs allées et la majorité des fosses ont été reconstruites pour améliorer le drainage et allonger le parcours. Ce faisant, on y créé, entre autre, un immense étang au trou no. 2 pour challenger les golfeurs sur le coup de départ ainsi que sur le coup d’approche. C’est donc une œuvre père-fils à laquelle feront face les golfeurs cette semaine.

Des verts gigantesques et bien protégés
Trou no. 13 – Normale 3, 180 verges
Depuis ses débuts, le parcours est reconnu pour ses verts gigantesques bien souvent surelevés et profonds. Ceux-ci sont régulièrement traversés par des crêtes qui les divisent en plusieurs sections plus ou moins indépendantes qui forment des cibles en soi. Atteindre les verts en coups réglementaires y sera un challenge, mais ce ne sera que la moitié de l’histoire. Encore faudra-t’il atteindre la bonne portion du vert pour espérer y obtenir des oiselets, ou sauver des normales. De multiples fosses de sable profondes et toutes aussi grandes bordent les verts, présentant des faces relevées et des pentes fortes résultant souvent en de longs coups de fosses difficiles à exécuter, même pour les meilleurs des golfeurs.

Des fosses aux abords particuliers
Trou no. 16 – Normale 3, 237 verges
En écosse et en Irlande, on retrouve souvent de petites fosses de sable profondes sur les parcours de type « links ». Il n’est pas rare que leurs abords soient en pente vers elles pour augmenter leur zone d’influence. Comme la balle roule abondamment sur ce type de surface de jeu, les fosses n’ont pas besoin des grandes pour être abondamment en jeu. Ceci est particulièrement intéressant pour les fosses d’allées et quelques fosses en bordure de verts.

À Bellerive, on retrouve un peu ce même phénomène, mais à plus grande échelle. En effet, pratiquement toutes les fosses sont très grandes avec des formes stylées, mais en plus, leurs abords immédiats sont coupés très court, à la même hauteur que les allées et sur presque l’entièreté de leurs pourtours. Il est clair que ceci offre un look passablement unique. Ceci fait également en sorte qu’une balle tombant à quelques pieds d’une fosse ou sur l’un de ses nombreux caps gazonnés a toutes les chances de rebondir dans la fosse. D’une certaine manière, ceci rend les fosses plus grandes et encore plus pénalisantes. Bien que ce soit peut-être intéressants dans le contexte d’un tournoi majeur lorsque le but est d’offrir un challenge aux meilleurs golfeurs au monde, c’est une approche qui, lorsque présentée sous cette forme et avec cette ampleur, est également fort discutable d’un point de vue de l’entretien des parcours. En effet, pouvez-vous imaginer l’ampleur de la tâche du surintendant et son équipe pour entretenir des abords de fosses semblables? La machinerie et la main d’œuvre nécessaire pour accomplir une telle tâche minutieuse ne saurait être possible sur la majorité des parcours et ne saurait être recommandée. Par contre, lorsqu’appliquée avec parcimonie, cette idée pourrait être utilisée plus souvent en vue de limiter le nombre de fosses de sable, tout en augmentant l’influence des fosses restantes sur un parcours.

Un équilibre précaire
Lorsqu’un architecte établit l’agencement des trous d’un parcours qu’il planifie, il tente généralement d’assurer un équilibre entre trous courts et longs, ascendants et descendants, coudés à gauche ou coudés à droite. Ceci n’est qu’une des multitudes facette de l’aménagement des parcours qui contribue à faire en sorte que le parcours ne soit pas répétitif pour les golfeurs, ou qu’il ne favorise pas un type de golfeur au détriment d’un autre. Lorsque l’on regarde attentivement l’agencement des trous du parcours de Bellerive, on constate rapidement que plusieurs trous présentent une configuration similaire. En effet, sur quatorze trous à normale 4 ou 5, 9 d’entre eux présentent une allée coudée vers la gauche à différents degrés – les trous no. 2, 4, 6, 7, 9, 10, 12, 14 et 18. Seuls les trous no. 1, 5, 11 et 15 sont droits, et un seul présente une légère courbure vers la droite – le 17e trou. Par ailleurs, même si le trou no. 5 est droit, sont allée pentue de gauche à droite favorise un coup de départ frappé avec une trajectoire de droite à gauche pour mieux rester dans l’allée.  Cette prédominance de trous coudés vers la gauche est très particulière sur un parcours de championnat car cela pourrait favoriser des golfeurs frappant avec une trajectoire naturelle de droite à gauche.

Conclusion
Trou no. 11 – Normale 4, 355 verges
La récente performance de Justin Thomas au tournoi Invitation Bridgestone laisse présager qu’il sera l’un des favoris pour défendre son titre acquis l’an dernier au Quail Hollow Club au cours d’une saison de rêve. Les performances de Tiger Woods auront également l’effet de créer un engouement plus accru pour le dernier tournoi majeur de la saison qui est également le moins attendus des quatre. Chose certaine, ce ne sera pas le parcours qui volera la vedette, mais fort probablement le jeu des joueurs. Plusieurs membres des médias ont décrié le fait que la centième édition de ce prestigieux tournoi ne soit pas jouée sur un parcours plus emblématique du golf nord-américain. On peut néanmoins affirmer que le parcours de Bellerive risque d’offrir une solide opposition aux golfeurs.

Pour quelques vidéos intéressantes présentant le parcours, cliquez ici:

Pour vous procurer les magnifiques photographies du parcours qui illustrent cet article, cliquez-ici :

Yannick Pilon Golf © 2018

4 commentaires:

  1. Yannick, wonderful article and so many of your observations turned out to be true. Thanks for using Stonehouse images, they look terrific. Now on to the Ryder Cup, and we have Le Golf National. Steve Hayes/Stonehouse Golf

    RépondreSupprimer
  2. I tried golfing as a sport, but it has seen became my therapy, my way to meditate through rough time, work stress. Just like the way other people find peace in Yoga and travel. https://bit.ly/2MOUygn

    RépondreSupprimer
  3. I just bought one last week. Great club. Tried it for 18 holes. I like the way it feels and sounds, but I am thinking to have it re-shafted though. But I am a bit too picky, so have a go at it.
    golf drivers 2018

    RépondreSupprimer
  4. Great article for the beginners like us . I am a new in this game and enjoying the adventure.
    golf drivers top golf gears

    RépondreSupprimer