samedi 18 mai 2019

Le Black Course du Bethpage State Park - Le parcours public le plus difficile d'Amérique?


Considéré par plusieurs comme étant le plus important complexe de golf municipal des États-Unis, le Bethpage State Park sera l’hôte de son troisième tournoi majeur en plus de 83 ans d’existence en recevant cette semaine le  Championnat de la PGA.  C’est au cours de la grande dépression des années 1930 aux États-Unis que la « Works Progress Administration » initie le projet Bethpage qui comprend alors la rénovation d’un parcours existant et la création de trois nouveaux parcours de golf que l’on commande au célèbre architecte A. W. Tillinghast. Ce dernier laisse aller toute sa créativité pour réaménager le parcours existant qui deviendra le parcours Vert et aménager cinquante-quatre nouveaux trous de golf qui deviendront les parcours Bleu, Rouge et Noir. Un autre parcours sera ajouté quelques décennies plus tard pour offrir 5 parcours de 18-trous de qualité aux résidents de Long-Island, mais c’est le parcours Noir qui, à son ouverture en 1936, fascine le plus les golfeurs par son immensité et son ingéniosité.

Le trou no. 11 illustre bien l'échelle du parcours et ses larges étendues de fétuque.
C’est, en effet, ce parcours qui bénéficie du meilleur emplacement sur le site, avec une portion de terrain vaste et pourvue d’ondulations offrant du golf inspirant. Des sols sablonneux et une végétation luxuriante offrent également un cadre fort plaisant au parcours qui devient vite un objet de légende par sa grande difficulté. Cependant, pendant de nombreuses décennies, le fait que celui-ci soit un parcours public municipal rebute plusieurs golfeurs qui jugent que les conditions de jeu ne sont pas à la hauteur de la qualité de l’architecture du parcours et que celui-ci est trop « populaire » pour être vraiment considéré comme l’un des meilleurs parcours d’Amérique.

Des fosses immenses et profondes protègent presque tous les verts.
Une restauration bénéfique
C’est à la fin des années 1990 que la situation a changé et que le parcours Noir a enfin acquis ses lettres de noblesses qui en font aujourd’hui l’un des parcours les plus réputés des États-Unis.  C’est à la USGA que l’on doit ce renouveau lorsque cette dernière décide d’y tenir le US Open en 2002 afin que ce célèbre tournoi soit enfin joué sur un parcours public, plutôt que de se tenir sur les meilleurs parcours privés du pays comme le voulait jusque-là la tradition.  Dès lors, on engage l’architecte Rees Jones pour effectuer une restauration du parcours. Ce dernier était alors utilisé pour retoucher les parcours hôte du US Open avant les tournois, et c’est probablement à Bethpage que ses travaux eurent le plus grand succès. Bien du monde doutait que l’on puisse transformer ce parcours en parcours digne de recevoir les meilleurs golfeurs du monde, mais c’était sans compter sur la qualité de l’œuvre initiale de Tillinghast qui était demeurée intouchée au fil des années malgré le passage incessant des golfeurs publics qui enfilaient plus de 40 000 rondes annuellement sur le parcours.

Rees Jones fit reconstruire toutes les fosses de sable du parcours, tout en rapprochant certaines d’entre-elles des verts qu’elles protègent. Il fit également allonger le parcours de près de 300 verges, en plus de retravailler quelques verts. Le résultat fut immédiatement acclamé par la critique et le tournoi fut l’un des plus grands succès populaire de l’histoire de la USGA, puisque le tournoi a accueilli des foules record qui ont ainsi eu la chance de voir le meilleur golfeur de l’époque, Tiger Woods, l’emporter sur son éternel rival, Phil Mickelson, alors qu’il était le seul joueur du tournoi à avoir joué sous la normale.

L'auteur de cet article, devant l'avertissement
servi aux visiteurs.
Réservé aux golfeurs experts seulement!
Le retour du parcours parmi l’élite du golf en a fait l’un des plus populaires du pays, si bien qu’il est très difficile de pouvoir y obtenir un temps de départ. La priorité étant donnée aux résidents de l’État, le principal espoir des golfeurs de l’extérieur réside donc dans une nuit de camping dans le stationnement du club en vue d’obtenir un des rares temps de départ alloués aux visiteurs sur la base de premier arrivé, premier servi. Cet état de fait parait bizarre, mais est bel et bien réel! Un message d’accueil annonce d’ailleurs la difficulté du parcours, stipulant que celui-ci est réservé aux joueurs chevronnés…. Une fois dessus, on se rend compte rapidement que la partie ne sera pas de tout repos.

Le parcours sillonne un site immense sur lequel se déploient de larges ondulations agrémentées de forêts dense et de zones ouvertes où se trouvent de grandes étendues de fétuque formant des contrastes d’ambiances et de couleur intéressants. La qualité du parcours se trouve principalement dans l’agencement de ses trous sur la propriété. Ceux-ci changent constamment de direction en utilisant toutes les particularités topographiques du site. Mais une constante demeure d’un bout à l’autre du parcours : sa difficulté.

L'allée du trou no. 4 illustre bien l'intérêt que présentent les allées disposées
à la diagonale par rapport aux tertres de départ. Les joueurs agressifs ont l’avantage.
Malgré le grand espace dont disposent les trous, les allées y sont très étroites, et les obstacles nombreux et profonds. Les fosses de sable sont à l’échelle du site, donc immenses. Elles sont bien souvent beaucoup plus grandes que les verts qu’elles protègent, et elles sont bien souvent placées directement aux abords du devant des verts forçant les golfeurs à une approche aérienne qui ne pardonne pas si elle manque la cible ou si elle est à court.  Ceci ne devrait pas trop poser de problèmes aux professionnels qui sont habitués à de telles propositions, mais pour le commun des mortels, ceci devient rapidement frustrant et pénalisant. Considérant que plusieurs trous à normale 4 sont très longs, les coups d’approche le sont aussi et atteindre les verts en deux coups relève bien souvent de l’exploit. C’est dommage, car l’échelle du site se serait bien prêtée à des allées beaucoup plus larges offrant plus d’options aux golfeurs. À cet égard, les trous coudés ou ceux avec les allées disposées en angle par rapport aux tertres de départ sont les plus intéressants, puisqu’ils offrent aux golfeurs le choix de jouer de manière agressive pour gagner un peu de terrain, ou de jouer de manière plutôt conservatrice en évitant les obstacles, mais gardant des coups d’approche plus longs et plus difficiles. Il sera intéressant de voir comment les organisateurs auront entretenu l’herbe-longue sur le parcours, puisque celle-ci nuira sans doute aux golfeurs qui ne pourront pas conserver leurs coups de départ dans les allées.

Les ambiances varient d'un secteur à l'autre du parcours. Au trou no. 5, le boisé
est bien dense et l’allée en diagonale offre un autre coup de départ intéressant.
Le côté gauche de l’allée est à proscrire.
Conclusion
Mon dernier article de 2018 faisait état de retour improbable de Tiger Woods parmi l’élite du golf mondial, alors qu’il venait de mériter sa place à la Coupe Ryder après avoir remporté le tournoi final de l’année.  Qui aurait cru alors qu’il serait capable de rehausser davantage les attentes en remportant le tournoi des Maîtres quelques mois plus tard? Voilà maintenant que, 17 ans après sa victoire à Bethpage en 2002, il est encore une fois le favori pour remporter le tournoi de cette année à Bethpage! Mais c'était sans compter sur le formidable Brooks Koepka qui est en voie de cimenter sa place parmis les meilleurs golfeurs de sa génération avec ses performances hors du commun dans les tournois majeurs. Sera t'il en mesure d'égaler des records par sa performance ce weekend?  Les fans de golf de la région de New York seront fort probablement nombreux à vouloir fouler le parcours afin de possiblement assister en personne à un autre évènement historique. Les téléspectateurs seront également assurément au rendez-vous, et j’en ferai surement parti! Et vous?

Yannick Pilon Golf © 2019

Aucun commentaire:

Publier un commentaire