jeudi 12 mars 2020

Pete Dye – La légende

Son leg est beaucoup plus grand que le TPC à Sawgrass!

La mort de Pete Dye le 9 janvier dernier constitue une immense perte pour le monde du golf. Ce célèbre architecte était tout simplement un visionnaire qui aura marqué la profession de l’architecture de golf de plusieurs manières. Ses parcours et leur style singulier auront marqué les esprits de tous les golfeurs qui les auront fréquentés au fil de sa longue carrière débuté dans les années 1960, et ils continueront surement de les marquer encore longtemps!  En effet, il suffit de faire une revue du calendrier des tournois de la PGA pour se rendre compte que les parcours de Pete Dye sont parmi les plus fréquentés par les professionnels du golf, et ce depuis un bon bout de temps. En effet, pas moins de 5 parcours de Dye sont hôtes annuellement d’un tournoi sanctionné par la PGA! Et cette année, ceux-ci sont accompagnés d’un sixième parcours puisque la coupe Ryder se déroulera elle aussi sur un parcours de Pete Dye. En marge du Championnat des joueurs qui se met en marche cette semaine, voici une revue sommaire de ces 6 parcours intriguants….

TPC at Sawgrass (Championnat des joueurs, depuis 1982)
C’est le parcours qui symbolise le mieux la carrière de Pete Dye. Même s’il était relativement connu par le milieu avant l’ouverture du TPC at Sawgrass, c’est vraiment ce parcours qui a mis la carrière de Pete Dye au monde lorsque les professionnels l’ont découvert au Championnat des joueurs en 1982. Au départ, ce fut tout un choc. Les professionnels détestaient bien souvent ouvertement ce parcours comme nul autre tellement celui-ci leur en faisait voir de toutes les couleurs.  Avec les années, Dye a modifié son bébé à plusieurs reprises pour en faire un parcours que les professionnels ont appris à aimer. Les trois derniers trous du parcours et leurs immenses lacs dramatiques, leurs estrades accueillant plusieurs milliers de spectateurs et la fameuse île sont parmi les plus reconnus du monde du golf.

Harbour Town (RBC Heritage Classic, depuis 1969)
C’est treize ans avant le TPC at Sawgrass, que les golfeurs ont découvert le parcours de Harbour Town qui est l’hôte de la Classique RBC Heritage depuis 1969. Situé sur la pointe sud de Hilton Head Island en Caroline du sud, ce parcours est tout aussi distinctif, mais pour des raisons bien différentes. Premièrement, il faut savoir que le parcours est presque totalement plat, avec à peine quatre pieds de différence de niveau d’un bout à l’autre. Pete Dye l’a créé, au cœur d’une forêt mature et d’un développement résidentiel imposant, en sculptant minutieusement de minuscules verts, de minuscules fosses de sable et des allées étroites nécessitant des coups de départ exécutés en contournant les arbres avec une précision chirurgicale. Le deuxième élément distinctif du parcours réside dans le fait que c’est le premier parcours dans lequel le légendaire golfeur Jack Nicklaus s’est impliqué dans l’architecture auprès de Pete Dye. Au fil des années qui suivront, de nombreux autres collaborateurs de Pete Dye deviendront des architectes renommés.

PGA West – Stadium Course (Skins Game, de 1986 à 1991, et la Classique American Express depuis 2016)
Tous ceux qui suivent le golf à la télévision depuis les années 80 se souviennent sans aucun doute du Skins Game qui fut joué sur le Stadium Course à PGA West de 1986 à 1991. Le parcours était tout autant la star du tournoi que les quatre golfeurs qui s’affrontaient pour obtenir leur part des « skins » qui étaient à l’enjeu sur chaque trou. Ce parcours était alors considéré comme l’un des plus difficiles au monde. Depuis 2016, il est possible d’en admirer toutes les difficultés puisque le PGA Tour y joue la Classique American Express. On peut même y admirer une réplique du 17e trou à Sawgrass, soit un autre vert sur une île que l’on appelle ici, « Alcatraz ».  Plusieurs sont d’avis que la copie est plus jolie que l’original avec les rochers qui entourent le vert et le Mont Martinez de plus de 6400 pieds de haut en arrière-plan….

TPC Louisiana (Zurich Classic, depuis 2005)
On pourrait presque dire que le TPC Louisiana est le petit frère du TPC à Sawgrass, même s’ils ont été bâtis à près de 25 ans d’interval. Ils offrent tous deux un parcours similaire, étalés sur des sites plats et marécageux ayant été transformés en parcours de golf grâce au génie de Pete Dye. Les ressemblances ne s’arrêtent pas là; le parcours du TPC Louisiana offre, lui aussi, des allées ondulées bordées de vastes « waste bunkers » et d’une multitude de petits « pot bunkers » diaboliques. Mais surtout, il offre une finale excitente qui s’apparente à celle du TPC à Sawgrass.

Austin Country Club (Dell Technologies Match Play Championship, depuis 2016)
L’Austin Country Club est l’hôte de l’unique tournoi de la saison joué en compétition par trou. Le format du tournoi est unique, mais le parcours l’est tout autant. Une partie du parcours se joue sur des trous plats en bordure de la rivière Colorado, tandis que le reste du parcours se joue sur un site fortement mouvementé où se trouvait auparavant une carrière de pierre calcaire qui est mise en évidence par Pete Dye de manière fort ingénieuse. Ce parcours illustre à merveille la créativité de Dye pour transformer un site accidenté en parcours hors pair, tout comme il sait si bien le faire à partir de rien dans les terres marécageuses de la Floride.

Whistling Straits (Championnat de la PGA, 2004, 2010, 2015. Coupe Ryder 2020)
Le parcours de Whistling Straits illustre parfaitement ce dont Pete Dye est capable lorsqu’il n’a pas de limites à ce que son imagination peut accomplir. Construit sur une terre haut-perchée 70 pieds au-dessus du lac Michigan, le parcours a été littéralement sculpté dans la berge du lac pour donner l’impression de se trouver quelque part en Irlande, sur le bord de la mer. Le vent y attaque les golfeurs constamment, et les huit trous situés sur le bord du lac sont tous intimidants. Malgré qu’on l’apparente souvent aux parcours Irlandais par sa topographie accidentée, le parcours porte la touche unique de Pete Dye qui y a aménagé un nombre trop imposant de fosses de sable pour qu’on puisse les compter!

Autre parcours ayant été hôte de tournois majeurs:

The Ocean Course at Kiawah Island (Coupe Ryder, 1991)
Le site d’une des coupes Ryder les plus disputés de l’histoire. Cette édition de 1991 fut surnommée « The War by the Shore » et les États-Unis l’ont emporté pour reprendre la coupe qu’ils avaient perdue trois éditions auparavant. Le parcours fût commandé à Pete Dye en vue d’y accueillir la coupe. Il fut construit en temps record au bord de la mer malgré les assauts de l’ouragan Hugo.

Crooked Stick Golf Club (Championnat de la PGA, 1991. Championnat BMW, 2012 et 2016)
C’est le lieu mythique où John Daly s’est rendu célèbre en gagnant le premier de ses deux tournois majeurs, alors qu’il était le neuvième remplaçant éligible à participer au tournoi!

Oak Tree National (Championnat de la PGA, 1988)
Le parcours que Pete Dye et sa femme Alice considéraient comme leur premier né. Ce fut le premier parcours pour lequel ils ont trouvé le site et participé au développement et à la construction au début des années 1960. C’est également le lieu de la seule victoire en tournoi majeur de Jeff Sluman.

Conclusion
C’est indéniablement lors du Championnat des joueurs que l’on entend le plus parler de Pete Dye à chaque année grâce au génie du design de son parcours. Mais il serait bien dommage de croire que l’impact de Pete Dye sur le monde du golf se limite uniquement à ce parcours. Non seulement, les parcours uniques de ce grand architecte sont utilisés régulièrement sur le PGA Tour, mais ils sont bien présents dans quantités de resorts et de destinations touristiques à travers l’Amérique et le reste du monde. Par ailleurs, quand on considère que plusieurs des meilleurs architectes au monde présentement ont initiallement travaillé pour Pete Dye avant de partir à leur propre compte, il y a lieu de se demander si Pete Dye n’est pas l’architecte qui aura le plus marqué l’industrie de l’architecture de golf au cours des 50 dernières années.

Yannick Pilon Golf © 2020

Aucun commentaire:

Publier un commentaire